TAPUSCRIT

 :: 

      

TAPUSCRIT

    25, 2008 9:46 am

Voici, chers visiteurs le Tapuscrit
dune nouvelle narre titre dessai
par un crivain amateur
des Oulad Sid Cheikh


Vivre au Maroc
Premire pisode
1- Nous sommes au milieu des annes soixante. D'origine Jamaquaine, je dbarque au Maroc, accompagn de ma petite famille. Celle-ci se compose de ma femme et de mes trois enfants dont l'ane et la cadette sont des fillettes, le petit est g de six ans, peine. Architecte de formation, en chef de famille responsable, je dcide de m'installer dans ce pays, le Maroc que des amis me recommandent vivement. C'est prcisment Casablanca, grande mtropole, ville portuaire et capitale conomique o je m'tablisse; je n'ai aucune difficult trouver un logement, un appartement de quatre pices, largement suffisant pour nous abriter. J'effectue les dmarches obligatoires pour tre, moi et les miens, en rgle en tant qu'trangers. Au cours de mes premiers contacts avec les gens du pays, je remarque que la mentalit de mes interlocuteurs ne diffre pas de la mienne; leur culture me rappelle celle de son pays, galement du Sud et du Tiers-Monde. Je m'identifie eux et trouve cela gnial.
2- C'est l'poque o les cadres manquent singulirement au Maroc; alors que le domaine immobilier se dveloppe rapidement en prvision des besoins futurs, les investisseurs et les promoteurs, s'organisent, par voie de consquence, en fonction des projets de constructions qui se multiplient. Je commence par tudier l'architecture marocaine, et observe sa spcificit et son caractre typique; ensuite, j'obtiens l'autorisation d'exercer. Dans le mme immeuble o je rside, je loue, et quipe modestement avec un dcor style marocain, mon cabinet, appel agence. D'ailleurs mon mtier fait partie de l'art de crer; j'ai le don de l'minence grise; devant travailler dur, je retrousse mes manches, et me mets en besogne; c'est un labeur o le gain n'est pas facile. Je fixe mon emploi du temps de manire ce que les visites de chantiers aient lieu le matin, et rserve l'aprs-midi pour recevoir la clientle. Les efforts de rflexion et de conception se font la nuit, tte repose. J'adopte une bonne stratgie pour attirer et fidliser les clients; c'est d'abord une politique des prix assortie de conseils sincres, avec un service irrprochable; Ce sont, ensuite, des relations bases sur une confiance totale et rciproque, dans un cadre o la parole et l'honneur prdominent. Gnralement, je ne quitte l'agence que pour dormir, et, au bout de quelques mois, ma rputation se rpand grce au circuit traditionnel de communication dont le support est le "bouche oreille". Je suis content du rsultat dans la mesure o l'agence marche bien tandis que mon panouissement atteint sa plnitude. Pour un dpart, c'est un bon dpart.
3- De son cot, ma femme, de souche franaise, et infirmire de mtier, trouve un emploi contractuel dans une clinique importante de la place. Tout naturellement, elle s'occupe de la scolarit des enfants, et les place dans des tablissements de la mission, ne ngligeant pas leurs activits sportives; les enfants ont le libre choix quant leurs loisirs : la danse classique, le judo et le Karat se pratiquent, par chacun et chacune, et mme des fois plus que l'une de ces disciplines. Mon pouse a normalement la charge de les aider s'adapter leur nouvel environnement. Elle s'organise pour que le foyer soit heureux. Elle a sa disposition une femme de mnage qu'elle trouve gentille et serviable ; mais, tient sa distance avec elle pour viter des rapports profonds ou amicaux, cause du complexe de supriorit qu'elle affiche dans sa nature. Comme, elle ne pense pas comme moi que l'avenir est tout trac, nos rapports ne sont pas au beau fixe. De plus, elle a le mal du pays; en l'approchant je me rends compte de son dpaysement. Elle ne moffre pas la chaleur humaine dont j'ai besoin; je sens qu'il y a un dsquilibre quelque part, ou peut-tre, un blocage psychologique. J'ai le sentiment qu' ses yeux, notre mariage mixte n'est pas une russite. L'argent ne fait pas le bonheur, c'est vrai. Dans l'tat actuel des choses, la situation ne la rassure pas du tout, dans la mesure o elle ne vit pas en harmonie avec moi, et se considre trangre notre milieu d'accueil. Son rve d'aspirer une vie familiale idale ne semble pas se raliser pour elle. A mon avis, c'est dans sa tte o les choses ne se passent pas bien. Elle a une ide fixe dont elle n'arrive pas se dbarrasser. Son tat d'me est alarmant; j'en conviens parfaitement.


: 71
: 82
: 03/07/2008

    

      


 :: 

 
: