TAPUSCRIT

 :: 

      

TAPUSCRIT

    13, 2008 8:23 pm

Dernire pisode.
40 - Avec mon titre de Haj, je suis content de mon intgration que j'assume compltement; le regard rare des gens qui ne me connaissent pas me prouve, si besoin en est, que je n'ai plus rien d'un tranger. Mais, au fur et mesure que je prends de l'ge, mon caractre devient tellement difficile que je n'admets pas tout ce que le monde extrieur offre mes yeux. Ce qui touche ma socit, mon milieu et mon environnement me concerne trs personnellement. Dans mes contacts journaliers, j'ai l'occasion de me mettre en rapport avec les gens de diffrentes conditions. Avec les intellectuels, je suis l'aise. Pendant ces annes, avec une vie, aussi remplie et programme, je ne chme pas. Le matin, je frquente les bibliothques pour recueillir tout ce qui intresse ma recherche et l'aprs-midi, chez moi, je fais tranquillement le point sur le travail qui avance bien. Mon manuscrit la main, je m'entends avec l'diteur pour la publication de mon essai, persuad de la russite de cet ouvrage dont jespre d'importantes royalties.
41 - Les professionnels ne me rassurent pas du fait que, dans leur majorit, leurs soucis est de s'enrichir par tous les moyens et le plus rapidement possible. Quant l'homme de la rue, je le vois rus et trompeur. Je vais mme jusqu' penser qu'il n'y a partout que des spculateurs, des combinards et des fraudeurs. Bref, je cherche la vertu que je ne trouve pas. Ce qui me tape sur les nerfs tel point que je commence fuir les gens. C'est pourquoi ma femme intervient de nouveau pour m'viter des dsagrments nuisibles ma sant. Non seulement elle est constamment ma disposition, pour tous mes besoins, bien plus, elle se charge de tout. C'est elle qui rgle les problmes l'extrieur de la maison, et lorsqu'elle ne peut le faire, elle fait appel son frre, de manire ce qu'aucune difficult ne parvienne moi, son mari chri. Elle tient ce que je jouisse paisiblement de ma retraite bien mrite, sans tre drang par personne. Les membres de sa famille ne viennent nous voir qu loccasion, pour notamment me souhaiter bonne fte ; ils ne restent pas la maison pour ne pas troubler mon calme, celui de Haj Mahdi, comme ils se plaisent rpter. Ils font tout pour ne pas perturber ma tranquillit d'esprit.
42 - Ma femme et les siens savent ma coupure dfinitive avec mes enfants, depuis que ma premire femme a eu son divorce. Il ne leur chappe pas que le fait que l'on ne cherche mme pas savoir si je suis toujours en vie me travaillent beaucoup, sans que j'en parle, videmment. Ma sant fragile accentue l'angoisse de mon pouse. Souffrant de l'appareil digestif, mon colon me donne des douleurs lors de chaque digestion ou au moment de sortie des selles. Je suis, pour cela un traitement trs long, en observant un rgime alimentaire astreignant. Mon appareil respiratoire ne fonctionne pas bien non plus. L'hiver, j'ai une bronchite chronique et suis tout le temps gripp. Seul le vaccin me permet de supporter mon mal incurable.
43 - Je considre en discutant avec ma femme que je n'ai plus rien esprer de la vie, et souhaite qu'Allah me rappelle tant que je me tiens encore debout. Je ne veux pas devenir un fardeau trs lourd pour ma fidle, prvenante et dvoue femme. En attendant, j'adopte une philosophie bien moi; je dcide de m'isoler compltement et de vivre en marge de la socit. Ma compagne ne peut que me soutenir et m'approuver en respectant ma dtermination. A longueur de journe, je reste donc enferm chez moi, et n'en sors que le vendredi pour la prire solennelle. Je lis beaucoup de livres et mes journaux habituels. Je regarde la tlvision, mon unique fentre sur l'extrieur ; je ncoute la radio que rarement. C'est une faon de me conduire qui convient mon temprament. Petit petit, je deviens un drle de caractre. On taxe, tort, de ce mal tout vieillard qui, dans ses rapports humains, se comporte bien durant toute son existence en prservant le srieux, la droiture, l'honntet et la bont. Il s'agit pourtant d'un dfaut naturel. Disons que c'est l'effet pervers et la consquence nfaste de la vie au cours de laquelle on en voit de toutes les couleurs.
Histoire entirement imagine et narre par
Si Mohamed BELLAMAMMER en 1999 lge de 64 ans -
Ex- Administrateur des Administrations Centrales en retraite.
suite et fin


: 71
: 82
: 03/07/2008

    

      


 :: 

 
: